Ravelry continue d'être une source d'inspiration intarissable pour moi.
En décembre 2009, il y a tout juste un an, je craquais sur le Rabarber de Olesdatter.

Un an de réflexion, une laine qui me semblait étrange, un poids différent selon les écheveaux, un modèle à acheter, bref...
J'ai attendu et finalement me suis lancée à l'eau cet automne, car pour moi, c'était un projet aux couleurs de l'automne.
Rhubarbemanche
En accord parfait avec la nature qui m'entoure.
Le patron de Ruth Sorensen est juste indicatif, il vous guide pour construire cet étrange kimono.
Rhubarbe
La laine Evilla multi 8/2 est tout à fait particulière également : très rustique, je dirais rêche mais ne pique pas.
On est loin de la douceur des alpagas et autres mohairs.
La mise en pelote, laisse une sensation de suint sur les mains.
Rhubarbe2
Et puis, elle sent, oui sans aucun doute, elle sent.
Mais j'aime tous ces aspects, sans réserve.
Je suis certaine qu'au fil du temps et des lavages elle va se bonifier.
Rhubarbe3

Et j'adore par-dessus tout cette succession de rayures et le dégradé des deux couleurs qui suffisent à rendre cet effet.
Ah  j'oubliais, pour celle qui souhaiteraient encore se lancer : tricotée entièrement en côte 3/1 sur des aiguilles 3,5 mm.
Un dernier détail : j'ai rallongé le modèle initial un peu involontairement...une fois montés les deux cotés, je me suis rendu compte que j'étais constituée de quelques formes, notamment au niveau des hanches et des fesses, si si je vous assure.

J'ai du lancer un SOS, et Josette, ma wondertricoteuse à moi, m'a lancé : il faut faire des rangs raccourcis !

J'ai ragé en décousant, en détricotant, etc... Mais le résultat vaut la peine.

Rhubarbe accepte de se croiser même sur le bas du corps !

Rhubarbe_1

Résultat, je l'adore, il est chaud, il est beau !

Mais, j'en suis certaine ce ne sera pas le best seller de l'année chez les blogueuses tricoteuses!